Version à jour de l’Oeuvre au Rouge

J’ai atteint les limites de google doc pour héberger mes règles de jeu de rôle… Trop lent, trop difficilement accessible, sans historique des fichiers, il ne correspond pas bien à ce dont j’ai besoin.

J’ai donc passé le texte de L’Oeuvre au Rouge sur un nouveau site : https://www.gitbook.com/book/guillaume-alvarez/l-oeuvre-au-rouge/details

Il a plusieurs avantages pour mon utilisation :

  • possibilité de consulter les règles en HTML statique (et donc accessible sur un téléphone portable ou une tablette un peu ancien)
  • génération automatique d’un sommaire
  • recherche intégrée et efficace
  • édition et lecture performantes
  • génération automatique des fichiers PDF et ePub correspondant
  • suivi précis des modifications

Si quelqu’un y rencontre des problèmes merci de me le signaler.

Je laisse la feuille de personnage sur google doc car pour le coup l’édition en ligne est bien pratique.

L’Oeuvre au Rouge, intrigues et destins dans l’Europe Renaissance

Domenico Feti, Portrait d’un chercheurDepuis mon premier post j’ai beaucoup travaillé sur l’Oeuvre au Rouge. J’ai fait plusieurs parties de test, fait évolué les règles, participé en tant que simple joueur, réécrit tout pour le rendre plus lisible et je dois avouer être maintenant assez satisfait du résultat.

Le jeu est fluide, permet des intrigues complexes aboutissant à des scènes finales d’une grande tension dramatique. Il permet de jouer des savants humanistes comme des monstres expérimentateurs, des fanatiques religieux comme des nobles généreux, toute une galerie de personnages qui peuplent une Renaissance européenne fantasmée.

Il a même été joué dans le contexte de la révolution française, où sans changer une virgule au texte il fonctionnait très bien !

Le système est suffisamment simple et intuitif pour ne pas brider les joueurs mais au contraire les pousser à enrichir l’histoire qu’il créent ensemble. Il permet à la fois l’affrontement et la collaboration, faisant même du choix entre les deux un enjeu majeur de la victoire ou de la défaite.

Par contre il n’a jamais été pratiqué que parmi les joueurs que j’ai autour de moi, notamment par les ateliers du Potajeux, avec qui je peux partager mes idées et mes opinions.

Voici le PDF du jeu (9 pages à lire + 2 à imprimer, et c’est écrit gros), si vous le lisez donnez-moi votre avis je vous en prie, si vous le jouez dites-moi s’il vous plait ce qui vous a plu et déplu :

Règles de L’Oeuvre au Rouge, jeu de rôle sans meneur dans l’Europe de la Renaissance

😀

L’Oeuvre au Rouge, premier jet

The Alchemist Discovering Phosphorus, by Joseph Wright of Derby

The Alchemist Discovering Phosphorus, by Joseph Wright of Derby

Ce jeu propose de jouer des érudits (astrologues, alchimistes ou autres mages mais aussi artistes, officiers, nobles, marchands, etc. connaissant bien les arcanes secrètes du monde) dans l’Europe de la Renaissance. Sous le contrôle des astres et de leurs humeurs ils essaieront d’atteindre la Connaissance et la Quintessence dans une Europe livrée aux guerres de religions et aux appétits des princes.

Il reprend la vision de la Renaissance proposée par L’Oeuvre au Noir, de Marguerite Yourcenar ou par la série de bandes dessinées La Licorne, de Gabella et Jean.

C’est un jeu qui au contraire de beaucoup appréhende le temps sur la distance. Une aventure ne dure pas quelques jours mais quelques mois, voire des années le temps que les cieux soient propices à l’action. Ceci dit attendre est risqué : pendant ce temps les ennemis continuent à agir et c’est prendre le risque d’être sur la défensive.

De même les personnages ne sont pas tant caractérisés par leurs compétences et équipement propres que par leurs liens avec les autres personnages, joueurs ou pas. Le personnage, au centre d’un système de liens humains et de correspondances universelles (magiques dirait-on maintenant) doit faire coïncider tout cela pour arriver à ses fins.

Enfin les personnages joueurs agissent rarement de concert, ce sont des gens indépendants qui cachent souvent une partie de leurs activités. Peut-être même ne se rencontreront-ils jamais mais n’auront que des échanges épistolaires, ou des correspondances par des amis communs.

Ils pratiquent en sus des ars vulgaires différentes sciences comme l’alchimie, l’astrologie, la numérologie, la théurgie, etc. Toutes se basent sur les règles de sympathie :

  • le semblable appelle le semblable Une figurine de cire peut être utilisée pour cibler la personne qu’elle représente. Une constellation a un impact sur les personnes nées durant son zodiaque. Une signature peut représenter la personne l’ayant écrite.
  • le contact spirituel survit à l’éloignement physique Des cheveux ou du sang d’une personne peuvent permettre de lui lancer un sort, de l’influencer. Une mère qui retrouve son enfant le reconnaît immédiatement. L’amoureux sent que sa belle est en danger.

Il se base sur le système FATE Core, bien amendé pour correspondre à l’ambiance souhaitée. La dernière version des règles est disponible sur google doc. Elles sont encore un peu grossières mais je compte les affiner avec le temps.

En attendant mon prochain test je prends tous les avis sur la question, n’hésitez pas à donner le vôtre. 🙂

Une histoire symbolique du Moyen Age occidental, de Michel Pastoureau

Une histoire symbolique du Moyen Age occidental, de Michel PastoureauCe petit livre m’a attiré l’œil, il est mine de rien assez rare de voir un livre de poche sur ce genre de thème en tête de gondole à la Fnac. Peut-être que la parution de l’énorme bestiaire médiéval du même auteur lui a donné un coup de fouet ?

L’essence du Moyen-Âge

J’aime l’histoire, j’aime les récits de bataille de trahisons et d’épopées épiques mais j’aime aussi beaucoup l’histoire des idées d’époques passées. C’est là peut-être qu’on touche le plus à ce qui les rend différente, étranges à notre regard contemporain. Le Goff est très bon à ce jeu, que ce soit dans un regard global ou cliché après cliché médiéval. Il fait revivre une autre manière de penser.

Ce n’est pas tout à fait le chemin que suit ce livre. Plutôt que de montrer, il explique, documente et analyse les symboles médiévaux. Il le fait avec talent, dans une langue précise mais toujours claire, et illustre même ses propos d’une dizaine de pages couleurs (en feuillet central, chose rare pour un poche mais précieuse vu la thématique).

L’introduction est peut-être la meilleure partie du livre. En une (trop courte) vingtaine de pages elle situe très simplement, à grand renfort d’exemples, la place du symbole dans la mentalité médiévale. Elle montre son rôle social, son lien avec la réalité, sa construction interne, ses règles souvent troubles et apparemment contradictoires.

Un recueil d’articles

L’auteur enchaine ensuite sur différents thèmes plus spécifiques, ayant souvent fait l’objet d’articles séparés. Les procès d’animaux débordent un peu du sujet mais sont intéressants. Les oppositions lion/ours et cerf/sanglier sont très bien vues, illustrant les modifications des symboles avec le temps, sous l’influence notamment de l’Église. C’est fait à l’aide de nombreuses descriptions des interventions de ces animaux, vivants ou représentés, dans la vie médiévale. Il agit de même en étudiant le lys et le bois, deux végétaux qu’on associe facilement à l’époque, pour des raisons bien différentes. Les deux chapitres qui y sont consacrés montrent bien que ces représentations tiennent beaucoup à l’organisation sociale du moyen-âge.

La partie sur les couleurs et l’héraldique est aussi très réussie. Facilement accessible, elle présente une vision de la couleur bien lointaine de nos arcs-en-ciels prismatiques et des nuanciers Pantone. Elle a toutefois le défaut de verser par moments dans le hors-sujet, que ce soient les drapeaux des XIXe et XXe siècles ou la place de la couleur chez les protestants. C’est certes dans le thème car il y est toujours question de symboles, qui s’affrontent ou se répondent, en tout cas façonnent les esprits, mais dans le titre du livre il y a bien marqué « Moyen Âge » ! Cela n’en est pas moins passionnant, et ceci dit les parties incriminables sont très mineures en nombre de pages.

En conclusion, je dirais que c’est un terreau à idée pour faire du jeu de rôle dans un univers médiéval, pour lui donner une ambiance qui ne soit pas juste médiéval-fantastique. c’est intéressant dans le regard que porte l’auteur sur une période différente. C’est agréable à lire et jamais ennuyant. C’est un très bon livre.

Version améliorée du scénario Masques de Venise

Les Masques de VeniseSuite à ma partie à Eclipse (avec de très bons joueurs soit dit en passant, motivés, réactifs et intelligents, un vrai plaisir) j’ai fini la mise en forme du scénario Les Masques de Venise. Il contient maintenant toutes les informations nécessaires pour le faire jouer sans connaître les lieux.

J’ai aussi ajouté un certain nombre de liens internes et vers wikipedia pour en faciliter la lecture et l’utilisation sur un ordinateur..

Enfin j’ai clarifié dans les règles du jeu quelques points peu clairs sur les anachronismes, la santé mentale et l’ordre de déclaration des actions.

Partie de Mystères du Temps à Eclipse

Juste un message rapide pour signaler que je ferai jouer une partie de Mystères du Temps le samedi 6 avril dans l’après-midi à Éclipse, une convention de JDR rennaise. Le thème en sera la ville de Venise à la Renaissance.

Voici les plaquettes (couleur et affiche N&B, cliquables pour le grand format) que j’ai faites à cette occasion :

Les Masques de VeniseLes Masques de Venise (affiche N&B)

Cela n’a pas été sans mal, et je ne peux que déplorer le peu d’illustrations correctes de Venise datant du début du XVIe siècle. Il y a une grande profusion de tableaux d’époque mais leurs sujets sont bien plus souvent l’un ou l’autre saint, l’un ou l’autre héros antique, l’une ou l’autre guerre, que la ville même de Venise. J’ai donc du me rabattre sur une toile de Canaletto, certes magnifique mais de deux bons siècles plus récente que la période du scénar.

Je dois aussi dire, et ça m’a beaucoup surpris, que l’ergonomie de Gimp s’est formidablement améliorée depuis mon dernier essai il y a bientôt 10 ans.

Scénario Masques de Venise

Après l’avoir abondamment testé, j’ai enfin un état satisfaisant pour mon scénario Masques de Venise pour le jeu de rôle Mystères du Temps.

Vu la nature très libre de l’aventure, au moins dans sa seconde partie, il s’agit davantage de notes que d’un guide linéaire. J’espère qu’il pourra être utile à certains.

scénario Les Masques de Venise, v1.0.0

J’en ai profité pour mettre à jour quelques points des règles qui étaient peu clairs.

Règles Mystères du Temps, v1.5.1

Edit: j’ai aussi séparé sur la feuille de personnage les deux échelles négatives et positives, afin qu’il soit plus clair que l’une ne compense pas l’autre, i.e. que la santé mentale d’une personnage peut se dégrader dans deux sens à la fois.