Midnight in Paris (Minuit à Paris)

Midnight in Paris (Minuit à Paris)J’avais mis le dernier Woody Allen sur ma liste des films à voir, c’est maintenant chose faite, en VOSTF d’ailleurs. Une petite comédie sentimentale ça ne fait jamais de mal, et même si il n’est pas toujours très inventif Woody Allen connaît bien son métier.

Sous le ciel de Paris…

Le pitch est très classique. Un jeune couple d’américains se rend à Paris pour voir la famille de la demoiselle, Inez, et satisfaire aux envies romantiques du jeune homme, Gil, écrivain de son état. Alors qu’elle préfère les fêtes et les soirées, lui cherche l’ambiance du Paris des Années folles, son âge d’or rêvé depuis la Californie.

Évidemment plus ils s’immergent chacun dans leur milieu plus ils divergent dans leurs visions du futur commun. Une touche de fantastique apparaît quand Gil, pris en pleine nostalgie des années 20, se voit accosté dans une rue de Paris par un couple de cette époque. Il va alors passer ses journées dans le Paris moderne, ses nuits auprès des surréalistes et des américains venus chercher inspiration et conseil au Paris des années folles.

Un festival de références culturelles

Interviennent en vrac Dali, Hemingway, Man Ray, Buñuel, Picasso, F. Scott Fitzgerald et pléthore d’américains expatriés à Paris. Si certaines références ne seront pas obscures pour des français, on sent tout de même qu’il s’agit d’un film américain à l’accent mis sur Gertrude Stein, T. S. Eliot ou les époux Fitzgerald, personnages méconnus par ici, ne faisant pas, à la différence des autres pointures de l’époque, partie de nos programmes scolaires.

Il ne s’agit pas que de clins d’œil, comme on pourrait s’y attendre, mais bien de personnages à part entière. Dali, Picasso et surtout Hemingway occupent le champ assez longtemps pour dresser un portrait fait de clichés bien reconnaissable, permettant au spectateur de les identifier et cerner rapidement, et d’interactions avec le personnage principal. Chacun très bien interprété, avec un texte souvent assez second degré pour qui connaît leurs œuvres, ils sont un plaisir à regarder.

Reculer pour mieux avancer, ou trois petits pas de lapin en arrière suivis d’un bond de rhinocéros géant en avant

Mais ce voyage temporel n’est pas qu’une fantaisie d’auteur, c’est la manière pour le personnage principal de creuser son envie nostalgique qui le fait rêver d’un âge d’or passé, de soigner sa nostalgie d’une époque où il n’était pas encore né. En se confrontant à ses idoles artistiques il va comprendre, trouvant sans chercher vraiment, ce qui lui manque, pourquoi sa vie ne le satisfait pas. Facilité d’écriture pour Woody Allen, le héros se veut romancier, permettant de suivre dans l’avancée de son livre ses errements intérieurs.

Owen Wilson m’a surpris. Je le connaissais surtout pour des comédies plus ou moins drôles, dont un certain nombre avec Ben Stiller. Il joue mieux que ce à quoi je m’attendais, de beaucoup (à la différence d’une certaine Carla B., assez coincée je dois dire). Parfaitement à l’aise dans son rôle de touriste perdu dans son rêve, il hésite, tente, essaie toujours avec un grand naturel. Il rend son personnage merveilleusement sympathique alors qu’il aurait pu être, mal joué, profondément énervant.

Ce film est très loin de l’atmosphère trouble et complexe de Scoop ou Match Point. C’est une bluette amusante, fort bien faite, avec de très belles images, par un professionnel du genre. Certainement pas la plus grande œuvre de Woody Allen, ni la plus originale, elle n’en est pas moins distrayante et suffisamment malicieuse pour passer un très bon moment.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s