Délivrez-moi !, de Jasper Fforde

Délivrez-moi ! de Jasper FfordeCe roman est la suite de L’Affaire Jane Eyre, même personnage principal (l’agent Thursday Next) et même univers décalé.

De la difficulté de faire suite à une fin

J’ai eu l’impression que l’auteur n’avait pas vraiment prévu de faire suite à son premier roman. La fin ne laissait pas vraiment d’ouverture, l’héroïne n’avait plus vraiment de raison de courir l’aventure. Il s’en sort par quelques contorsions et voyages dans le temps, ainsi que par un errata concernant le précédent livre dans sa préface, méthode amusante vu l’univers. En même temps la cohérence n’était pas non plus le point fort du premier livre.

Voilà donc l’agent Thursday Next repartie pour de nouvelles aventures, avec une bonne partie de la bande de joyeux trublions déjà rencontrés, plus quelques nouveaux remplaçant les disparus. Il y a toujours des paradoxes temporels insolubles, des trouvailles stylistiques (dont le dialogue par notes de bas de page, très bien pensé), des situations absurdes mais ça sent un peu le réchauffé. Alors l’auteur essaie de compenser.

L’Encyclopædia Britannica c’est de la gnognotte

Le premier roman était déjà fort fourni en références littéraires anglaises, parfois à la limite du clin d’œil (comme Pickwick le dodo), le second l’est encore plus, faisant appel de nombreux personnages issus des œuvres de Dickens, Shakespeare et autres classiques littéraires anglais. Est introduite une nouvelle organisation : la Jurifiction, composée de personnages littéraires essayant de protéger leurs romans, nouvelles ou pièces de théâtre. De la méta-méta-fiction en fait, ou quelque chose d’approchant.

Ce n’est pas mal joué d’ailleurs car l’humour en est renouvelé. Le monde « réel » ayant été bien décrit dans le précédent roman, ses invraisemblances déjà exploitées, l’auteur peut se lâcher sur un nouveau terrain et jouer de la confusion ou de la confrontation entre les deux. C’est bon, c’est frais, et mine de rien assez jouissif. Même pour les ignares comme moi car l’auteur a le bon goût d’expliciter ses références ; les personnages, les livres et les auteurs sont présentés dans les dialogues ou descriptions, juste  ce qu’il faut pour comprendre l’humour sans avoir l’impression de lire un cours de littérature.

Comment lancer sa série à succès

Cette fois la fin ne clôt pas tout. Il ne s’agit plus d’un simple roman mais d’un tome d’une série. Oh l’intrigue générale du livre est bien résolue dans les dernières pages, mais pour les personnages l’aventure continue. Visiblement Fforde a trouvé son style, au moins pour cette série et sur sa lancée a écrit une autre poignée de livres dans le même univers. Ils ne sont, à mon avis, pas à lire d’une traite sous peine d’overdose mais si ils restent sur la lancée de celui-ci peuvent être très divertissants.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s