True Grit

True GritJe n’ai jusqu’à présent jamais été déçu par les frères Coen. Leur mélange de sérieux et d’humour léger m’a toujours déridé, que ce soit dans une histoire d’espionnage ou d’enlèvement. Grand amateur de westerns par ailleurs (Deadwood anyone?) je tenais particulièrement à le voir.

L’introduction surprend, en voix off, narration claire d’un fait divers au fin fond de l’Arkansas, sa sobriété contraste vivement avec les scènes suivantes. Mais elle prépare le terrain, met dans l’ambiance. C’est un récit par un témoin, et c’est un univers violent où la sauvagerie et la bêtise des hommes n’ont rien à envier à celles des bêtes.

C’est un récit mis en scène, un récit de western tardif pour être plus précis, qui n’hésite pas à passer par les clichés du genre. Le croque-mort, le train à vapeur, les villes en bois, la loi approximative, le whisky, les indiens, les bandits, les colts et carabines de toutes sortes, tout y est, rien ne manque à l’appel. Mais chaque élément est détourné, moqué, joué, par le scénario, les dialogues ou la mise en scène. Tel personnage inquiétant filmé avec un angle laissant toute la place à son ridicule pour s’épanouir, tel dialogue entre gros durs qui tombe dans le pathétique, les réalisateurs savent y faire dans le second degré ou le détail qui tue. Et avec ce ridicule alternent des scènes mettant sous l’œil de la caméra les prouesses, athlétiques ou courageuses, des protagonistes. Faibles et moqués mais aussi admirés pour leur verve et leur allant qui les fait continuer même quand les obstacles s’accumulent.

C’est aussi un univers violent. Réaliste peut-être ? C’est en tout cas l’impression que cela donne, même si le scénario par moment n’est ouvertement pas si crédible que le sont les décors, les parlers ou les images. Par contre le sang l’est, en abondance. Ces cowboys sont des brutes, l’assument, en sont fiers, et les frères Coen savent le montrer, arrêtant parfois la caméra un peu trop tard, ce qu’il faut pour être confronté à la dure réalité des territoires sans loi à la frontière des nations indiennes et des terres pacifiées, parsemées d’arbres, de crotales, de bandits, de mines abandonnées et de petites cabanes au fond des bois.

Au final on se croirait dans un livre, une histoire de western faite de rires, de larmes et de fureurs. On rêve on rit on soupire de soulagement et on est bien content d’y être allé. J’ai cru entendre que le film avait bien marché aux oscars, il en mérite bien un.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s