Realms of Power: Magic (Ars Magica)

Realms of Power: MagicVoici le troisième livre présentant un des royaumes surnaturels d’Ars Magica, après Realms of Power: The Divine et Realms of Power: The Infernal. Il est question cette fois du royaume magique.

Le livre de base se dédouanait de la description de ce royaume, disant que personne ne savait exactement à quoi il ressemblait. Cela est particulièrement problématique pour les descriptions de Crépuscule : pas de modèle d’où s’inspirer. J’attendais donc beaucoup de ce livre et doit avouer avoir été quelque peu déçu.

Le livre s’ouvre sur une présentation des auras et du royaume magique. Les auras et regio sont bien décrits, avec divers exemples qui si ils ne sont pas tous très innovants sont certainement utilisables, et peuvent donner des idées quelle que soit la saga. On retrouve aussi une table et une règle pour gérer des variations d’auras. Comme celles pour l’évolution des ressources financières et de la popularité des magi du convent, cette règle n’est pas indispensable. Cependant elle est assez légère à manier (voir ce qui s’est passé durant l’année, faire une addition, lancer un dé, interpréter le résultat du tableau) et fournit des résultats assez cohérents au fil des ans, permettant au magi de voir clairement le résultat de leurs actions.

La présentation du royaume magique est le minimum syndical. On y voit plusieurs visions de ce royaume, avec des explications sur comment les faire intervenir dans les sagas. Je préfère personnellement le concept des microcosmes et macrocosmes mais des sagas plus orientées fantasy pourraient sans problème parcourir des « archipels » magiques. Les différentes visions du monde magique peuvent d’ailleurs être mélangées, présentées conjointement, notamment lors des épisodes de crépuscule des personnages joueurs.

Suivent des règles pour créer des créatures magiques… 25 pages de règles sur la création de créatures magiques, listant tous les pouvoirs nécessaires et comment en créer d’autres. C’est extrêmement calculatoire et complètement inutile de mon point de vue, cela serait plus à sa place dans un supplément web que dans un livre. Surtout que cela sert de (mauvaise) introduction à la partie la plus intéressante du livre…

…le bestiaire ! Quatre chapitres regroupent toutes sortes de créatures magiques, animales, humaines, végétales, etc. Des dragons, des géants, des arbres-qui-marchent, des titans, des fantômes, des esprits, des chats, etc. Le champ est très large, chaque sorte de créature magique étant présentée avec quelques exemples statés avec chacun son histoire particulière, des pouvoirs communs, des principes d’organisation, des « story seeds » à la pelle…

C’est certainement un catalogue, mais bien fait, en partie ce que j’attendais de ce livre. Le principal reproche qu’on pourrait lui faire est son illustration, parcimonieuse, on est loin d’autres gammes de JDR modernes. J’ai pu utiliser plusieurs créatures dans mes histoire, soit comme simple monstre soit comme pivot de l’histoire, avec succès.

Au final si le livre ne décrit pas aussi bien qu’on pourrait s’y attendre le royaume magique lui-même, le bestiaire est imposant et bien réalisé. Heureusement peut-être, car c’est de là que viendront la plupart des histoires que ce livre permettra de mettre en scène.

La page sur le site officiel.

La critique de Jérôme Darmont.

 

Publicités

2 Responses to Realms of Power: Magic (Ars Magica)

  1. Ping: Realms of Power: Magic (Ars Magica)

  2. Ping: Realms of Power: Faerie (Ars Magica)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s