Rouge sombre, de Vivianne Moore

Rouge SombreJe cherchais des romans historiques situés au moyen âge à me mettre la dent, je suis tombé sur le nom de Viviane Moore, auteur française de romans historiques. Cherchant un de ses livres sur Amazon j’ai pris Rouge Sombre, qui avait des critiques honorables, 260 pages de médiévalités, et quelques recettes à la fin.

L’intrigue est assez simple et classique : un jeune chevalier un moine se rendent dans un monastère normand où des évènements étranges et des comportements suspects ont attiré l’attention de l’évêque local. En butte à l’hostilité des moines il saura par sympathie et ruse gagner les cœurs pour résoudre l’énigme de l’abbaye et dévoiler les lourds secrets que cachent les moines.

Peu de choses à voir avec Le Nom de la rose ceci dit. Là où Eco fait assaut d’érudition, disserte sur la sphère intellectuelle médiévale et présente des personnages savants, Viviane Moore est plus proche du peuple, ne démontre pas l’historicité de tout ce qu’elle avance et présente des personnages plus malins qu’érudits. L’intrigue elle-même est moins complexe, moins labyrinthique. Le format est en rapport évidemment, moins de trois cents pages en papier épais.

Le jeune chevalier est fort sympathique, à peine plus rusé que peu l’être le lecteur, juste équilibre entre un Hercules Poirot qui a six longueurs d’avances et une Lois Lane dont le manque de discernement est consternant (je ne veux pas gâcher la surprise mais vous n’avez pas senti un truc bizarre avec Clark ?). On peut s’y substituer, d’autant plus facilement qu’il est assez falot. Les personnages secondaires sont plus intéressants, peut-être parce qu’il ne leur est pas demandé de porter le regard du lecteur.

Le décor est bien planté, point ici de langue archaïque, de détails typiques à tire-larigot. L’intrigue elle-même est médiévale, utilisant des thèmes et des tabous bien connus de l’époque. A quelle autre époque serait-il question de vol de relique, de croisades ou d’exorcisme ? L’ambiance quant à elle est soulignée par de petits détails anodins, quelques mots anciens sur une page ou l’autre. L’auteur saupoudre sans noyer et pour cela fait bien son travail. L’ambiance n’est pas aussi immersive qu’elle pourrait l’être, mais est bel et bien là.

Les personnages sont faibles, l’intrigue aussi, les dialogues ne brillent pas par leur intelligence, mais le livre n’est pas raté pour autant, juste court et sans prétentions, divertissant sans être passionnant.

Publicités

One Response to Rouge sombre, de Vivianne Moore

  1. Ping: Le peuple du vent, de Viviane Moore

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s