Realms of Power: The Infernal (Ars Magica)

Realms of Pwer: The InfernalVoici un des suppléments Ars Magica dont j’ai fait le plus grand usage. Il disserte comme ne le cache pas son nom (et sa couverture…) des démons et autres engeances des Enfers.

Il s’ouvre par une présentation de ce royaume qui n’est pas des moindres. Historique, théologie, mécanique des auras et du vis infernal, tout y passe. La partie historique et théologique présente l’enfer et ses différentes interprétations religieuses de manière simple et claire, donnant quelques bonnes idées de scénarios et dispensant des indications intéressantes sur les différentes façons de mener une histoire ou une campagne à dominante infernale. Celles que j’ai retenue : les démons sont la tromperie, les pièges, la tentation déguisée des meilleures intentions, et l’orgueil des joueurs qui voudraient donner trop de pouvoir à leur personnage.

Comme les autres livres de la série Realms of Power il présente quelques règles permettant de faire varier les auras qui lui sont alignées. Personnellement je ne pense pas un jour les utiliser : trop de micro-gestion. Mais je comprends que cela puisse intéresser des joueurs plus simulationnistes, ou disposant de davantage de temps pour jouer. Les informations sur le vis infernal par contre sont franchement intéressantes. Ce genre de denrée étant sensée rester rare, les quelques paragraphes sur le sujet sont amplement suffisants et pourront être consultés quand il en sera question. Une très bonne idée de scénario à cet endroit, qui a donné lieu dans mon groupe à plusieurs intrigues intéressantes, le genre qui permet de rendre les joueurs un peu méfiants des cadeaux qu’on peut leur offrir.

Suit un bestiaire démoniaque. Il présente des règles générales pour créer des démons avec un peu de caractère, l’organisation (telle que vue par certains érudits médiévaux) des légions infernales, et des pages et des pages de démons. Tous sont statés, suffisamment pour les mettre en jeu à l’improviste, et ont un concept qui sans être forcément très novateur peut donner quelques scènes intéressantes ou un point de départ à un scénario. J’ai particulièrement aimé Gaap et Hutriel qui peuvent mener à des situations où les joueurs devront bien réfléchir à leurs choix, sous peine de faire LE mauvais, celui qui mène à la damnation de leur personnage. Je ne pense pas que ce soit la partie la plus passionnante de l’ouvrage, loin de là, mais elle est assurément fort utile.

Vient ensuite une liste de divers pouvoirs d’origine démoniaque à « offrir » aux joueurs ou à leur faire affronter. Comment souvent ceux à destination des compagnons n’arrivent pas à la cheville de ceux du magus moyen, mais peuvent poser bien des problèmes à d’autres compagnons. Ceux à destination des magi permettent par contre des développements intéressant, notamment l’Ars Goetia qui peut être extrêmement puissante si bien utilisée par un spécialiste du Rego. Il y a comme souvent dans la gamme un nouveau jeu d’arts/technique pour compagnons infernaux, dont comme souvent je ne pense pas me servir, rebuté par l’ajout d’une nouvelle complexité pour un voir deux personnages. Enfin de nouveaux défauts et vertus, qui eux peuvent être fort pratique pour un personnage, pas forcément diabolique, pour qui le royaume infernal est au centre de sa vie.

Et pour finir une liste de différentes traditions magiques ou simplement diaboliques, en tout cas corrompues. J’ai bien apprécié les trois traditions qui n’ont pas réalisé qui elles servaient, bien pensée, très faciles à utiliser pour peu que les joueurs soient dans le bon coin d’Europe. Les autres varient du moyennement subtil au très bourrin et sont plus dans l’ensemble adaptés à des ennemis que des personnages joueurs. Si j’avais un reproche à leur faire, ce serait le manque pour chacune d’un ou plusieurs personnages statés. Ainsi j’aurais bien aimé, mais sans doute cela prendrait-il trop de place, avoir à chaque fois la feuille de personnage abrégée d’un dirigeant de cette tradition et d’un acolyte. Pas que ce serait très intéressant à lire, mais certainement pratique pour qui souhaite les utiliser, éventuellement comme base pour des personnages plus variés ou plus étoffés. Peut-être ce genre de matériel aurait-il plus sa place comme supplément sur internet ?

En conclusion un bon livre, pratique pour le MJ, contenant de nombreuses « opportunités » pour le plus grand bonheur des joueurs ou pour les MJ aimant explorer les côtés sombre de l’âme humaine, mais présentant au final des éléments de background qui ne m’ont pas semblé si nombreux que ça. Peut-être est-ce parce que l’enfer n’est pas une spécialité d’Ars Magica comme peuvent l’être les maisons ? Ou parce que les visions de l’enfer, surtout quand elles s’appuient sur un fond historique, se ressemblent toutes un peu ? En tout cas c’est un domaine sur lequel on peut très facilement trouver des informations ailleurs que dans ce supplément.

La page sur le site officiel.

La critique de Jérôme Darmont.

Publicités

4 Responses to Realms of Power: The Infernal (Ars Magica)

  1. Ping : Realms of Power: The Infernal (Ars Magica)

  2. Ping : Realms of Power: The Divine (Ars Magica)

  3. Ping : Realms of Power: Magic (Ars Magica)

  4. Ping : Realms of Power: Faerie (Ars Magica)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s