The Name of the Wind, de Patrick Rothfuss

J’avoue que j’étais un peu sceptique quand on m’a passé ce roman. Une trilogie de fantasy ? Dont seul le premier volume (un pavé) est déjà paru ? Un roman d’apprentissage ? Tout cela n’a pas l’air très nouveau. Et puis comme la couverture (de l’édition anglaise, mais il est maintenant sorti en français) était jolie et que je venais de lire une série de livres d’histoire je me suis laissé tenter, pour changer.

Grand bien m’en a pris !

Le pitch peut sembler quelconque : un ancien héros, une célébrité retraitée, conte l’histoire de sa vie à un érudit de passage dans son auberge. Mais ce héros n’est pas Conan, c’est un Ruh (sorte de tziganes fantasy) nommé Kvothe, et un ancien étudiant en magie.

Le jeu sur le récit donne vraiment du piquant à ce livre. Il s’agit d’un récit à la première personne, par celui qui l’a vécu, qui est d’origine un forain, acteur de théâtre et bonimenteur, un conteur qui ménage ses effets ostensiblement et joue avec son auditoire. Celui-ci  l’interrompt quand l’appétit se fait sentir ou reprend la main quand Kvothe perd son rythme ou se laisse happer par la nostalgie et les regrets. Mais ce conteur/héros a été bercé d’histoires de son monde, de légendes de magiciens et de guerriers, des légendes qu’il admire évidemment, et il fait appel à leurs exploits quand il cherche sa voie, même si il se révèle bien vite qu’en pratique il n’a pas et de loin leurs capacités.

La magie présentée dans ce roman est à mon humble avis fort bien pensée. Elle revient aux sources : la magie c’est le pouvoir d’influencer le symbolisé par le biais de son symbole. Déclinée en deux parties, une plus alchimique, presque scientifique et qui semble réellement familière, celle d’artisans érudits, et une plus « magique » basée sur les noms, celle des fous et des héros de légendes, qui pour le coup émerveille personnages et lecteur (et qui mine de rien n’est pas sans lien avec certaines recherches de notre monde réel). C’est d’ailleurs à l’un de ces héros, Taberlin le Grand, que le livre doit ce nom, car celui-ci connait le Nom du Vent, qui lui permet de le contrôler magiquement. C’est d’ailleurs un des piliers de l’intrigue. Les deux autres sont l’apprentissage de Kvothe, et sa quête de vengeance (dont l’objet, que je ne dévoilerai pas, apparaît assez vite).

Le fait de mettre en scène un personnage découvrant le monde pour le faire découvrir au lecteur n’est pas neuf, cependant il est parfaitement maîtrisé. Rothfuss décrit son monde avec brio, préférant souvent aux longues descriptions de cités celles des rencontres de son personnage. En quelque pages il brosse le portrait d’un habitant ayant eu une vie un peu plus mouvementée que la moyenne, éclairant au passage un aspect de l’univers par son histoire personnelle et celle de l’interaction (formatrice) avec Kvothe. On fait ainsi la connaissance de deux prêtres peu orthodoxes, de solides paysans venus au marché, d’un caravanier, d’un jeune nobliau, de professeurs, d’une prêteuse sur gages… Tous hauts en couleurs, plus ou moins sympathique mais certainement intéressants. Le seul décor véritablement décrit dans le détail est celui de l’université (où on étudie, entre autres choses, la magie) qui est l’écrin d’un certain nombre d’aventures et d’errements. On y sent je dois dire l’influence de Poudlard.

Je me dois de préciser que le livre accumule en effet un certain nombre de circonstances odieusement favorables au héros, avec lesquels l’auteur, et son héros-qui-est-aussi-le-conteur jouent outrageusement pour le plus grand plaisir du lecteur. En effet là où on pourrait s’attendre à une solution simple, on est toujours réjouis de voir la providence prendre les formes les plus détournées, voire saugrenues, pour aider Kvothe. Il s’agit de coïncidences tellement favorable qu’on pourrait crier au deus ex machina si on ne se rendait pas compte après coup qu’elles ont été annoncées depuis un certain nombre de pages. Jubilation. Car on s’y attache à ce gringalet-qui-va-devenir-un-héros ! Et on attend avec impatience de voir ce qui le rendra célèbre !

Ce sera je l’espère pour le prochain livre, le second de la trilogie annoncée. Toujours pas sorti, mais il est certain que dès qu’il traînera en poche je le raflerai !

Publicités

3 Responses to The Name of the Wind, de Patrick Rothfuss

  1. Asmodeus says:

    Ce livre à l’air très bien. Mes compétences en anglais m’oblige à le lire en français.
    Il était dans les coups de coeur elbakin : http://www.elbakin.net/fantasy/news/Le-top-10-2009-de-la-redaction-Elbakin-net

    Je te conseille si tu aimes la fantasy, Gagner la guerre (et Janua vera) de Jean-Philippe Jaworski, c’est tout simplement excellent.

    La trilogie de l’ange de la nuit de Brent Weeks est moins subtil mais on prend vraiment son pied en la lisant. C’est enlevé, sans temps mort avec un univers bien fait. D’un premier abord assez bit-lib mais en fait vraiment bien structuré au final.

    Continue. Tu fais de bonne critique.

    • Imrryran says:

      Merci 🙂

      J’ai lu Juana Vera, très bon il est vrai, j’ai beaucoup apprécié que ce soient des nouvelles et non une énième trilogie… J’ai peur que Gagner la guerre, qui me semble plus classique, n’ait pas la même fraîcheur

      Que veut dire « bit-lib » ?

  2. Asmodeus says:

    Bit-lib, expression de « bit-lit », un nouveau genre littéraire né de la contraction entre cette première et « bit », le prétérit de « bite », « mordre » en anglais. En résumé, la bit-lit correspondrait donc à une littérature mettant en scène de jeunes et belles héroïnes en prise avec des créatures qui mordent comme les vampires ou les loups-garous.
    J’ai détourné un peu le mot , dans mon contexte c’est de la littérature facile un peu comme 90% de la production de Bragelonne et surtout sa fillile d’édition Milady.
    Dans la trilogie de L’ange de la nuit il n’y a ni vampire ni loup garou, et ce n’est pas spécialement pour des jeunes filles. J’ai utilisé le mot bit Lib hors contexte.
    Sinon, tu peux te lancer dans Gagner la guerre sans arrière pensée. C’est excellent.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s